En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Les « dys », troubles spécifiques des apprentissages

  • Ces troubles comprennent la dyspraxie, la dysphasie, la dyslexie, la dyscalculie, une dysorthographie, une dysgraphie. On peut généralement retrouvé les difficultés suivantes : 


- L’apprentissage de l’écriture peut être difficile : pour organiser les espaces entre les lignes et les mots, tenir les marges et écrire dans les interlignes, une macro-écriture, une écriture en miroir, des lettres sont difficiles à former, le dessin est peu développé

- Nous pouvons observer une difficulté à choisir une des deux mains pour les activités quotidiennes.

- L’organisation peut être difficile (le plan de travail, le casier, les devoirs, le cahier de texte, dans l’espace de la feuille), les cahiers d’école sont peu soignés.

- Des maladresses peuvent être observées (tendance à laisser tomber des objets, à trébucher …)
Le repérage spatial est difficile (géométrie, orientation des lettres, confusions de graphèmes, désintérêt pour les jeux de construction).

- L’enfant peut présenter une difficulté à se repérer dans le temps, à suivre une chronologie, difficulté à organiser son emploi du temps, à saisir le découpage et le rythme de la phrase.

- Les praxies (élaboration d’un geste) peuvent être difficiles : l’habillage (boutons, lacets…), le rangement, l’utilisation des couverts, des instruments de géométrie,l’écriture… Lors de la prise en charge, les échanges entre les différents professionnels, mais également avec les enseignants, sont primordiaux afin de coordonner les soins et d’orienter la prise en charge.

 

Troubles d’Acquisition des Coordinations / Dyspraxies



Troubles d’Acquisition de Coordination (TAC)

 
Le trouble d’acquisition des coordinations concerne des enfants dont l’équipement sensoriel, neurologique et intellectuel est préservé, mais dont l’apprentissage et la réalisation des activités motrices manquent de finesse et de précision. 
 

La Dyspraxie

Les activités de la vie quotidienne se révèlent compliquées (s’habiller, se brosser les dents, utiliser des couverts…).

Le diagnostic est posé par un médecin. Il se fait en général entre 4 et 8 ans.

Les examens indispensables pour le confirmer sont un test psychométrique, un bilan de psychomotricité et un bilan graphique.

Dans certains cas, il s’avère nécessaire de compléter avec d’autres examens (en neuropédiatrie, en orthoptie, en ergothérapie…).

Certains enfant présentent des « troubles praxiques » qui correspondent à des difficultés dans les différents domaines évoqués si dessous. Le diagnostic de dyspraxie est posé en fonction de l’importance des troubles.
 

Voici les plaintes courantes associées à des difficultés praxiques et/ou TAC:


Tous ces troubles ne sont pas d’intensité égale, et ne sont pas forcément tous présents.
 –  Votre enfant présente des maladresses,  il se cogne souvent et tombe

–  Il est en difficulté lors des  jeux de ballons, vélo, jeux d’assemblages, laçage des chaussures, boutonnage, natation…

–  Votre enfant n’est pas attiré par les jeux de construction (les cubes, les puzzles…)

–  Il présente des difficultés d’organisation (dans le cahier de texte, dans le cartable, dans les classeurs…)

–  Ses productions  sont peu soignées  (dessins, écriture manuelle, géométrie)

–  L’utilisation des outils est difficile  (règles, compas…)

–  Il présente une lenteur,  une fatigue anormalement précoce et intense…

–  Un signe quasi constant : la dysgraphie dyspraxique : écriture manuelle non automatisée, en double tâche, non rentable scolairement.

–  Toutes  les  productions à partir d’un modèle visuel posent problème : plan, carte, schémas, tableaux…

–  Votre enfant peine à s’organiser dans le temps et dans l’espace.
 
 

Travail en psychomotricité



La prise en charge d’un enfant "DYS"  varie d’un enfant à l’autre en fonction de l’évolution personnelle, du niveau de difficulté, de la motivation et de l’environnement familial et scolaire.
Il s’agit surtout de mettre en place des systèmes compensatoires pour pallier les difficultés afin que l’enfant atteigne progressivement une autonomie fonctionnelle.
Il s’agit également de permettre à l’enfant de se revaloriser, de reprendre confiance en lui et en ses capacités.





Psychomotricienne à Boulogne-Billancourt, je me déplace dans les lieux de vie de l'enfant (à domicile ou dans les écoles) pour un bilan psychomoteur ainsi que pour les prises en charge des enfants.